Blague de bibliothécaires…

Chaque métier, chaque corporation, chaque groupe humain a ses habitudes, son jargon, ses idoles… et son humour.

On pardonnera aisément au lecteur commun de parfois rester dubitatif devant une blague de juriste ou de médecin. La blague de biologiste ou de mathématicien demande une culture spécialisée qu’il est bien malaisé d’acquérir en quelques mois. Les canulars normaliens ont parfois pris des proportions telles qu’ils font partie des classiques de la culture étudiante. L’humour chartiste fleure souvent bon le Moyen-Âge, à base de sceaux apposés sur le registre de présence [voire de signatures plus étranges encore], de formulaires diplomatiques utilisés à tort et à travers (emails, invitations, voire faire-part de mariage), de décoration de Quicherat… Mêlons à cela les habitudes des étudiants en général. Une thèse digne de ce nom doit normalement comporter une référence bibliographique pipeau ou les amis de l’auteur dans l’index.

Et l’humour de bibliothécaire ? Souvent mélange de potacherie, d’érudition et de culture spécialisée, à première vue ? [mais cela demanderait encore une fois un mémoire d’enssib : quand on pense que certains rédigent des mémoires sur des sujets – déjà traités plusieurs fois – d’une rasoiritude sans nom alors que de si beaux thèmes restent intraités, à peu que le coeur ne me fend]

Posons donc une première pierre du corpus à étudier. Il s’agit d’une page de l’ISTC, la bibliographie générale des incunables. La notice sur le plus célèbre d’entre tous, la Bible à 42 lignes (B42) de Gutenberg.

La page de la B42 dans l'ISTC

La page de la B42 dans l'ISTC

L’importance et la renommée du livre fait que l’on connaît depuis longtemps tous les exemplaires. Même ceux incomplets (même si la Bibliothèque du Musée Correr de Venise, où j’ai jadis effectué un stage, n’en possède qu’un feuillet, cela fait quelque chose de le tenir en main…). Pourtant, quand on dénombre les exemplaires répertoriés par l’ISTC, le compte n’y est pas. Est-ce à dire qu’un nouvel exemplaire a été découvert récemment ?

Moui, à peu près. Dans une collection privée. Dans un très ancien château. Très connu des Anglais mais beaucoup moins de nous autres mangeurs de grenouilles, Blandings Castle [si, si, regardez, il apparaît en 2 position de « British Isles »]

Humour anglais ou humour de bibliothécaire ? Pire, humour de bibliothécaire anglais ? Ce petit clin d’oeil sympathique m’a en tout cas donné envie d’aller lire du P. G. Wodehouse

MàJ : La perfide Albion a beau pavaner, c’est en France, à Colmar, que l’on vient de trouver un nouveau fragment dans un défait de reliure. Enfin, soyons franc, l’intérêt scientifique est tout de même assez mince… (source : Cecitueracela)

Advertisements
Cette entrée a été publiée le 29 mai 2009 à 01:00. Elle est classée dans Angleterre, Représentation du livre et des bibliothèques et taguée , , , . Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

5 réflexions sur “Blague de bibliothécaires…

  1. Le , Magali a dit:

    Oui, oui, si tu ne l’as pas encore fait, cours lire l’intégralité de Wodehouse ! Tu auras la joie d’exploser de rire dans le métro face à des voyageurs effarés.

    • Le , RM a dit:

      C’est fait : je suis passé chez Gibert le jour même. Il n’y avait pas de Blandings Castle mais les Jeeves ont l’air très drôle également 🙂 [et hier soir, c’est les vieilles de Pleyel qui se demandaient pourquoi je rigolais tout seul…]

  2. Le , Magali a dit:

    Mais à la réflexion, je me demande s’il n’y a pas une allusion dans un Blandings à une oeuvre rare de ce type dans la bibliothèque du château ; zut, pour vérifier il va falloir que je les relise tous..!

    Par ailleurs, je me demande si moi aussi je ne suis pas victime d’un canular : sur le site Web de l’Enc, le dossier que j’avais fait pour Theleme est réputé « préparé par Olivier Guyotjeannin et Magali Duchesne, élève de l’École avec la complicité de Rodrigue Tétron » : MAIS QUI EST RODRIGUE TETRON ? A l’époque, nulle trace de lui sur le Web ou dans une quelconque bibliographie. Aujourd’hui, on ne trouve qu’une mention comme auteur d’une conférence sur une obscure page pdf en catalan. Alors ? Rodrigue Tétron est-il réel, ou est-il le Mr Hyde catalan de notre Dr OGJ ? Le mystère demeure, et seul OGJ pourra nous donner la réponse (le jour où j’aurai le temps de lui poser la question…).

    PS : Monsieur Rodrigue Tétron, si vous lisez ces mots, merci de 1) me pardonner d’avoir douté de votre existence, 2) me le signaler !

  3. Le , Jastrow a dit:

    Les Jeeves sont probablement les meilleurs de PWG. Essaie aussi les histoires de golf, ça donne envie de s’y mettre.

  4. Le , Mandarin farfelu a dit:

    Les « blagues » ou plutôt les « bourdes » de journalistes ne sont pas mal non plus !
    J’ai apris la découverte des fragments de B 42 à Colmar en lisant l’Est républicain du 30 mai, à l’occasion d’un week-end sur mes terres. Rentré à Lyon, j’en ai eu confirmation en lisant Le Monde du même jour. Visiblement, ils recopient tous la même dépêche qui annonce doctement, et reprend l’expression à plusieurs reprises, que ces fragments sont imprimés sur PAPIER VELIN [sic et re-sic !!!]. Le grand homme était un précurseur, mais quand même !

    O tempora…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :