Colloque Bibliothèque de socio du CNRS (1)

Je poursuis le propos engagé dans le billet précédent sur les activités de recherche que l’on peut mener en BU, à travers un exemple que je connais assez bien : le mien.

Après avoir entrevu un travail à engager, il s’agissait de
1/s’assurer de son intérêt scientifique (petite biblio sur l’histoire des bibliothèques de recherche dans la seconde moitié du XXe siècle ; une autre sur l’histoire de la sociologie française dans les années 1930-1960)

2/insérer cela dans les objectifs généraux de la bibliothèque et du SCD

3/obtenir l’assentiment de mes supérieurs (SCD + CNRS)

4/trouver des partenaires et intéresser d’autres personnes que moi

Ergo :
1/oui, je pense que le colloque amènera vraiment des choses. Sa position au carrefour de questions historiques, sociologiques et bibliothéconomiques est utile (j’y reviendrai quand je parlerai de l’appel à contributions)

2/pas difficile car
*c’est un événement (oui, je sais, c’est stupide mais nous sommes dans un monde où l’événement possède une valeur en soi)
*cela donne de la visibilité à la bibliothèque au sein de l’UFR : nous sommes un partenaire scientifique à part entière, capable de mener des projets. Cela paye puisqu’un enseignant rencontré à cette occasion nous a depuis proposé un fonds d’archives scientifiques.
*des sociologues ignorent encore que la bibliothèque de sociologie du CNRS existe encore mais a fusionné avec Paris Descartes et que ses fonds sont disponibles au centre de Paris : ils en entendront parler grâce au colloque
*nous valorisons nos fonds, les faisons connaître et en profitons pour programmer des travaux dessus (fonds Maurice Halbwachs, fonds en anglais ramené par Georges Gurvitch, archives de la bibliothèque elle-même etc.)
*cela donnera lieu à une publication sur laquelle se fonder pour ensuite promouvoir la bibliothèque
*cela évite au conservateur de déprimer en remplissant les dossiers d’évaluation du personnel (et autres tâches d’un intérêt fou) : il gagne donc en productivité…

3/Pas de problème, j’ai la chance d’être très libre dans mon travail et de bosser avec des gens intelligents.

4/Pas de problème non plus. J’en ai parlé lors d’un rendez-vous (au sujet de la bibliothèque en général) avec François de Singly et Olivier Martin. Ce dernier, qui a travaillé sur l’histoire des sciences sociales, se montre intéressé. Il donne des pistes et en parle à un de ses amis. Nous sommes rapidement d’accord pour organiser le colloque à trois (Jean-Christophe Marcel (maître de conf à Paris 4), Olivier Martin (professeur à Paris Descartes) et moi-même).

Prochaine étape : constituer un comité scientifique et lui proposer un appel à communication pour qu’il l’amende.

[à suivre]

Advertisements
Cette entrée a été publiée le 31 mai 2009 à 00:00. Elle est classée dans Histoire du livre et des bibliothèques, Le travail du conservateur et taguée , , . Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

2 réflexions sur “Colloque Bibliothèque de socio du CNRS (1)

  1. Le , DJB a dit:

    Très intéressant projet.

    Pourvu que tu ne fasses pas trop d’émules, cependant ! Tu imagines les effets désastreux d’un engouement excessif : des colloques sur la bibliothèques du SCD de Paris 19.4, de la bibliothèque de recherche en viennoiserie expérimentale, de l’enssib, etc. Les quatre gros volumes de l’histoire des bibiothèques se retrouveraient définitivement obsolètes et seraient, o tempora, bradés dans des échoppes spécialisées dans le désherbage des fonds d’éditeurs. Il faudrait créer un second BBF pour écluser le surplus de contributions brillantes. Trop tard, on nommerait un conservateur général chargé de coordonner la houle, de modérer et canaliser les ardeux. Trop tard, car les conservateurs, tous devenus des scientifiques bienheureux, brandiraient leurs titres de gloire (ou leur quart d’heure de gloire, pour les moins doués), ne courberaient plus l’échine, et diraient quelque chose comme : despicio planningos, conventionibus et coloquiis delector.

    Je me suis emporté. Mais, sincèrement, j’ai hâte de lire les suites de ce projet.
    A +

    • Le , RM a dit:

      Aucun risque, bien au contraire, on fera du méta ! Les quatre gros volumes sus-cités deviendront des sources qui permettront d’écrire l’histoire de l’histoire des bibliothèques. Comment se fait-il que ce thème, longtemps négligé, fît l’objet d’un tel engouement à partir du milieu de 2009 ? Voici une bien belle question, à laquelle nous répondrons à grand renfort de maints colloques et de moult publications…

      Trêve de plaisanterie, ô rigolard et moqueur ami, s’il est incontestable que la recherche fait le bonheur des peuples, rend son sourire au plus déprimé des adipeux, redonne du souffle aux souffreteux et autres valétudinaires et soutient les cacochymes, il n’est pas moins vrai que les plannings sont à la base du travail de conservateur (de bibliothèques seulement ; ceux de musée ou en archéo sont suffisamment ringards pour ne pas goûter la beauté d’un planning bien organisé, nous les abandonnerons donc à leur médiocrité).

      Comme le disait le poète : « a thing of planning is a joy forever ». Je ne manquerai pas non plus de citer Leibniz, venant d’achever les entretiens annuels des magasiniers de la bibliothèque de Wolfenbüttel : « Symposia evaluationis summae voluptates sunt… sed habeo ad scribendum librum ».

      Cela dit, pour le BBF bis qui soit une revue scientifique sur les pratiques intellectuelles et leur histoire, non seulement c’est possible mais ce serait souhaitable. Cela existe à l’étranger. Editeurs intéressés : écrire au blog qui transmettra…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :