Mission Tessier : derrière la question Google/Gallica

La mission Tessier a remis ce mardi 12 janvier son rapport au ministre de la Culture. Ses conclusions ne sont pas d’une grande originalité et viennent bien plutôt préciser les rapports de force politiques actuels sur la position à adopter vis-à-vis de Google et de Gallica.

Cela est certes très intéressant et j’espère faire le point dans un prochain billet.

Mais je crois que ce rapport est également important en ce qu’il participe du tournant qui est en train d’être pris dans les bibliothèques, en faveur des partenariats et de la dissémination des données.

Le rapport affiche rapidement la nécessité de prendre comme point de départ les pratiques réelles des internautes (p. 8), y compris en prenant en compte ces réseaux sociaux (p. 9) que certains battent froids ou considèrent comme peu sérieux.

C’est-à-dire que, contrairement à des pratiques encore trop répandues, on n’attende pas que le public daigne venir sur notre site (inconnu et mal fagotté) mais qu’on lui donne une véritable visibilité par de réelles actions.

Ceci pose donc la question de la place du patrimoine écrit sur Internet (p. 22) :

Il conviendra donc de veiller à ne pas numériser pour numériser, mais d’assurer l’accès à ces fonds numérisés, ce qui implique de réfléchir très en amont à la façon dont les documents pourront être trouvés, c’est-à-dire visibles, sur l’internet. Une réflexion approfondie sur l’ensemble des moyens permettant cette visibilité numérique (référencement, indexation, citations dans des blogs ou des sites communautaires, etc.) devra donc être engagée

Cela devra passer par un travail sur les outils qui existent actuellement. L’amélioration de l’ergonomie, de l' »utilisabilité » de Gallica est nécessaire, par « de nouvelles fonctionnalités, davantage orientées vers les aspects participatifs et communautaires », pour qu’on puisse s’y balader et pas seulement aller chercher le livre dont on a besoin, en en frémissant d’avance. L’amélioration du moteur de recherche interne de Gallica (prévu) également : un de mes grands plaisirs, en bibliothèque, est de voir des employés vérifier que le livre que je demande n’est pas disponible sur Gallica [on ne va tout de même pas me le donner si un autre exemplaire est numérisé… des fois que je l’abîme]. Ils entrent alors « Andilly » dans la recherche auteur et trouve… rien. Il fallait taper « d’Andilly », sinon la recherche échoue. Sic.

Mais cela passera aussi par des pratiques qui se mettent actuellement lentement en place : l’acceptation que l’expertise sur les documents se trouve plus chez les milliers de lecteurs que chez les quelques bibliothécaires et, partant, la nécessité de permettre aux premiers d’enrichir description et organisation des documents.
L’auteur de ces lignes ayant eu l’honneur de négocier au nom de Wikimédia France (dont il est membre du CA ; en collaboration avec Alexandre Moatti) un accord avec la BnF, il vous en parlera bientôt.

Il est enfin nécessaire d’aller vers une mise à disposition la plus grande possible. Il convient pour cela de régler quelques difficultés juridiques comme celle des oeuvres orphelines (p. 12) mais dans le but d’une plus grande diffusion de ces oeuvres et non pour reprivatiser – cette fois-ci au profit de l’Etat – ce qui était libre auparavant. Il est agréable de voir que les membres de la mission pensent ainsi en termes d' »usages légitimes ». Cela est piquant car on retrouve la notion états-unienne de fair use qui manque tant au droit français. On lit ainsi que ce ne serait pas forcément une mauvaise chose que de passer outre le droit des bases de données (derrière lequel se cache notamment la BnF pour protéger son coûteux travail de numérisation) pour permettre, selon les cas, le téléchargement systématique (p. 16).

Bref, conséquence de l’immixtion du politique dans les problématiques patrimoniales, la question de l’utilité sociale (et donc de l’utilisation) des fonds patrimoniaux des bibliothèques se retrouve sur le devant de la scène : les professionnels seront donc appelés à modifier leurs pratiques afin de s’adapter à celles d’un public à conquérir, ce qui peut être d’une très grande fécondité pour peu que les questions soient réellement posées (en dehors des a prioris idéologiques).

Ce rapport – ainsi que celui de l’été dernier sur la diffusion des oeuvres culturelles publiques – vont dans le sens d’un renouvellement des pratiques des professionnels du patrimoine écrit que j’appelle de mes voeux depuis quelques temps déjà, ce qui me réjouit…

***

Et puisque tout le monde semble soudainement passionné par le livre ancien : je vous livre un scoop. Vous voyez l’édition que Pierre Le Petit a donnée en 1671 des Confessions de Saint-Augustin dans la traduction de d’Andilly ? Eh bien, il n’y en a pas une mais deux.

7 Responses to “Mission Tessier : derrière la question Google/Gallica”


  1. 1 Mag DL 13 janvier 2010 à 12:32

    Pour info, dans un domaine légèrement différent, le rapport Zelnik, lui (http://www.culture.gouv.fr/mcc/Espace-Presse/Dossiers-de-presse/Rapport-Creation-et-Internet), préconise d’encourager la numérisation des livres mais en demandant en contrepartie de l’aide financière de l’Etat, une autorisation d’usage pédagogique proche du fair use. (Source S.I.Lex : http://scinfolex.wordpress.com/2010/01/11/une-exception-pedagogique-bien-cachee-dans-le-rapport-zelnik-zelnik-2/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+http%2Fscinfolexwordpresscom+%28%3A%3A+S.I.Lex+%3A%3A%29). Y a plus qu’à.

  2. 2 Bibliobsession 13 janvier 2010 à 13:03

    Vraiment envie d’en savoir plus sur le partenariat Bnf/wikimédia… cela sera-t-il similaire à ce qu’on proposé les allemands l’année dernière? http://www.bibliobsession.net/2009/02/25/comment-wikipedia-permet-dameliorer-le-fichier-des-autorites-nom-dauteurs-de-la-bn-allemande/

  3. 3 claire_h 13 janvier 2010 à 15:37

    moi aussi très, très curieuse parce que très, très tentée…

    Sur le chapitre de la dissémination des données, d’ailleurs, c’est bien souvent là que le bât blesse en collectivité (je suppose que pour les BU, quand le ministère dit oui, tout le monde incline la tête en chœur et en soupirant d’aise) car les « prés carrés » et les logiques bêtement comptables sont encore à l’œuvre sur le net. Et tout l’enjeu sera (est sans doute déjà pour certains) d’expliquer que non, la communication de la collectivité n’est pas remise en cause par l’élaboration d’une bibliothèque numérique « en site propre », et que non, les agents ne s’empareront pas du blog/du wiki/de l’univers Netvibes pour accumuler les maladresses et mettre leur tutelle dans l’embarras. Après Proxynator ™, la lutte contre Communicator ™ doit s’engager…

  4. 4 La Martienne 13 janvier 2010 à 17:22

    Félicitations pour ton d’Andilly🙂

  5. 5 Omorand 16 janvier 2010 à 19:36

    Tout cela est très bien, et j’applaudis des deux mains… mais n’en garde pas moins quelques réserves, pour laisser parler mon esprit de contradiction…

    1. Si les collections numériques sont toutes visibles via Gallica, Europeana, Google, il ne faudra pas compter pour rien les efforts (financiers en particulier) consentis par les universités et collectivités pour numériser et mettre en ligne, mais aussi pour conserver et acquérir les documents d’origine. Alors combattre Communicator™, je veux bien, mais je ne trouve pas illégitime que les organismes publics à l’origine de cela souhaitent que cela se voie, ne serait-ce que par considération pour les élus, les contribuables, le personnel (et les étudiants pour les BU).

    2. « Visibilité numérique (référencement, indexation, citations dans des blogs ou des sites communautaires, etc.) » Quand je lis cela, j’éprouve, je ne sais pourquoi, l’envie de rappeler que Wikipédia est une encyclopédie, pas un annuaire ou un catalogue de bibliothèque, fût-elle numérique. Mais je crains que le Mal™ ne soit déjà fait…

    3. Chaque fois qu’il est question de numérisation, sans doute parce que je suis un peu conservateur, je ne peux m’empêcher de me demander : Et les collections physiques dans tout ça ? Déjà que cela n’intéresse pas assez de monde et qu’il est difficile d’obtenir un personnel suffisant pour s’en occuper, je crains, hélas, que la numérisation et la mise en ligne n’arrangent rien. Bien sûr, ces collections perdent une partie de leur intérêt dès qu’elles sont numérisées (elles ou leurs petites sœurs, c’est presque pareil), cela ne veut pas dire qu’il faille les négliger ou les laisser se dégrader. Non, ne parlons pas du dépôt légal imprimeur…

  6. 6 Mercure 17 janvier 2010 à 13:23

    Les numérisations effectuées par les collectivités ont généralement un sens : mettre à disposition des chercheurs, par exemple, des documents dont la territorialité est évidente ; elle l’est d’autant plus quand elle est couplée à la consultation de documents non numérisés. Et c’est un cas plus que fréquent. Mais avant que Numerisator™ ne nous impose une pratique univoque, il y a un peu de temps pour faire remonter des stratégies plus fines, plus intelligentes. C’est aussi à ça que servent les bibliothécaires, non ?

  7. 7 Mag DL 3 mars 2010 à 12:43

    Pour info : http://www.senat.fr/noticerap/2009/r09-338-notice.html
    « Le Sénat juge « indispensable » le recours à Google pour la numérisation ».


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




janvier 2010
L M M J V S D
« Déc   Mar »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

%d blogueurs aiment cette page :