Pourquoi les éditeurs français courent à leur perte

Une chose est très précieuse quand vous étudiez l’histoire du livre et de l’imprimé. C’est le recul.

Prenons un exemple : à la fin du XIXe siècle, les graveurs sur bois de bout voient leur travail menacé par les nouveaux procédés photomécaniques de reproduction tels que la photogravure. C’est tout un système économique qui risque de s’effondrer, ainsi qu’un important savoir faire technico-artistique.
Ils se débattent, ce qui prend entre autres la forme de la parution d’une revue, L’image, qui obtient le soutien d’un grand nombre d’artistes de l’époque – symbolistes et réalistes mélangés.

Cela n’a bien évidemment jamais empêché la photogravure (puis d’autres procédés) de prendre le pas sur la gravure sur bois. Les questions de diffusion à large échelle telle que demandée par les journaux et celles de sauvegarde d’un savoir-faire artisanal soutenu par l’intelligentsia de l’époque ne se situent pas sur le même plan. Et cela n’a pas empêché la gravure sur bois de survivre, mais dans des utilisations très spécifiques – essentiellement artistiques.

Peut-être en est-il aujourd’hui de même pour le livre sur papier. Pas pour toutes ses utilisations mais pour un certain nombre. Or, le livre amène avec lui tout un écosystème, parmi lesquels les éditeurs. Ces derniers peuvent posséder une véritable utilité dans le processus de mise en forme, d’éditorialisation et de diffusion des textes : il serait dommage qu’ils disparaissent. Et pourtant, on a l’impression que certains agissent dans cet unique but, en refusant de modifier certains modes de fonctionnement qui ne reposent pourtant sur aucune autre justification que l’habitude.

C’est ce que j’ai voulu montrer en coordonnant un dossier à ce sujet pour le site Nonfiction.fr : « Pourquoi les éditeurs français courent à leur perte ».

*Je propose un article montrant combien le comportement des éditeurs vis-à-vis des lecteurs est à l’exact opposé de ce qu’il convient de faire sur Internet, lieu où le succès passe par les réseaux et les relations humaines – pas par les anciennes méthodes de communication ou la médiation mondaine.

*Lionel Maurel, auteur du blog S.I.Lex, démontre que le contrat d’édition est enfermé dans une conception fixiste, qui n’est plus adaptée aux besoins actuels mais que l’on refuse pourtant de modifier.

*Mathieu Pérona, docteur en économie et co-auteur d’un récent livre sur le prix unique, souligne que, en ce qui concerne le prix de vente, l’on tente actuellement encore une fois de plaquer des méthodes anciennes à des problèmes nouveaux – ce qui est contre-productif. Ne serait-il pas plus efficace de réfléchir à un modèle adapté ?

*Constance Krebs, enfin, rappelle que le même problème se pose sur le fond : il est impossible d’éditer un livre électronique comme un livre sur papier. Proposer un pdf (ou même un ePub) comme il est fait actuellement est un très grand appauvrissement de la richesse du texte. Là encore une réflexion devrait être menée par les éditeurs afin de proposer de la véritable édition numérique, non simplement homothétique.

Je vous en souhaite bonne lecture !

0 Responses to “Pourquoi les éditeurs français courent à leur perte”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




décembre 2010
L M M J V S D
« Nov   Fév »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

%d blogueurs aiment cette page :